Morrin

418 694-9147

Terminer le travail invasif

Le travail invasif à l’intérieur de notre édifice est presque terminé. La refonte des systèmes mécaniques et électriques dans un édifice de 200 ans avec des murs de quatre pieds est un exercice complexe. Des saignées doivent être pratiquées afin de dissimuler les tuyaux et conduits. Cela doit se faire délicatement et intelligemment afin d’éviter des problèmes structuraux. La localisation de ces systèmes dans notre édifice était un véritable casse-tête. Dans certains cas, des nouveaux cabinets de bois seront construits selon un modèle existant à l’époque du collège. Le casse-tête se poursuit aussi à l’extérieur car les vestiges archéologiques doivent être respectés. Pendant que ces travaux sont complétés, l’équipe du Morrin Centre travaille intensivement à la sélection des finis appropriés pour les surfaces qui seront plâtrées sous peu.

Les travaux majeurs commencent

Les soumissions pour la Phase I-Lot II du projet Morrin Centre ont été ouvertes vendredi dernier. Quatre entreprises ont déposé une soumission conforme et les différences de prix étaient très serrées. La firme Construction Marc Drolet avait le prix le plus bas et effectuera les travaux sur l’édifice. Les travaux d’ingénierie en structure et électromécanique seront complétés en priorité. Entre temps, l’équipe du Morrin Centre travaille à l’achat de mobilier, de luminaires et d’équipements tout en consolidant des partenariats pour la restauration de mobilier et d’artéfacts.

Appels d’offres

L’appel d’offres pour les travaux importants de la phase I a été publié dans le journal aujourd’hui. Les professionnels intéressés visiteront le site le 5 décembre et soumettront des propositions dans la nouvelle année.

Découvertes archéologiques

Les archéologues ont fait des découvertes intéressantes sous les planchers de l’appartement ou habitait le concierge M. Muise. Des fondations aménagées selon un plan différent ont été trouvées. Il se peut que celles-ci datent de la Redoute Royale, qui occupait le site de 1712 à 1808. Ces fondations pourraient également signaler un cellier à légumes de l’époque de la prison. Un rapport des trouvailles sera publié bientôt.

Des journées pleines de rencontres

Notre journée a commencé avec une rencontre aux bureaux du Ministère de la culture et des communications ou nous avons assisté une présentation sur la photographie sphérique, technique permettant de documenter des espaces architecturaux et d’y naviguer en 360 degrés sur support informatique. La journée s’est poursuivi avec une reunion avec l’ingénieur en electromécanique et l’architecte. Certaines modifications aux plans ont été proposées. Nous avons ensuite rencontré des intervenants de la Commission de la Capitale Nationale du Québec afin de discuter des possibilités de collaborer sur la mise en lumière du site. Cette journée de rencontre s’est terminée avec une visite des lieux par des representants de la Commission des biens culturels, qui doivent approuver le projet car il s’agit d’une intervention sur un monument classé.

Finalisation des plans et devis

Les plans et devis finaux pour le projet sont presque terminés! Une réunion de coordination s’est déroulée ce matin avec l’ingénieur en électromécanique (CIMA+) et leur sous-traitant en luminaires/audiovisuels (Dufour ressources créatives). Cela a permis de déterminer les détails techniques de l’éclairage intérieur, des installations audio-visuelles, des systèmes de ventilation, sans oublier la téléphonie, les interphones et l’accès internet. Le tout a été conçu afin de dissimuler les infrastructures contemporaines et assurer une mise en scène théâtrale de nos salles par des sources d’éclairage locales qui rehausseront la chaleur et le charme des espaces.

Démantèlements sélectifs : Été 2005

L’entreprise Menuiserie Pouliot a été engagée pour des travaux de démantèlement sélectifs, qui se sont déroulés en août et septembre. Ces travaux ont révélé certaines surprises, dont plusieurs ossements intrigants ! Les archéologues sont sur le dossier. Le tapis rose a été enlevé dans la salle de lecture de la bibliothèque, révélant un magnifique plancher de pin rouge. Ce plancher, une fois sablé et vernis, va augmenter la chaleur de la salle de lecture. Le travail complété cet été a fourni des informations importantes permettant aux architectes (Boudreau-Fortier-Ramoisy-Tremblay) et ingénieurs de mieux planifier leurs interventions.

Déménagement, ingénieurs et mise aux normes

L’édifice historique de la Society a été vidé de tous ses livres et biens mobiliers au cours des derniers mois. Les firmes d’ingénierie CIMA+ et Génivar ont été engagés afin de planifier des travaux en structure et électromécanique. Les discussions autour du dossier préliminaire comprenant les mesures dérogatoires demandées quant aux normes en accessibilité et en sécurité incendie ont généré des solutions innovatrices. Nous travaillons afin d’assurer que l’introduction d’équipements modernes ne compromettra pas l’éloquence des valeurs patrimoniales de l’édifice.

Sélection des architectes

Le consortium d’architectes Boudreau Fortier Ramoisy Tremblay a été sélectionné pour la première phase de travaux de restauration. Michel Boudreau sera le chargé de projet. Il connait l’édifice de fond en combles, ayant travaillé sur le projet de restauration extérieur en 1992-93. Nous avons assez d’argent pour completer la première phase de notre projet. Cela nous permettra de faire une mise aux normes de l’édifice et de restaurer les salles de la bibliothèque, le hall du collège, la salle de cours classique et le hall d’entrée principal. Nous cherchons toujours de l’argent pour une phase ultérieure qui nous permettra de restaurer et faire visiter nos deux blocs cellulaires. La majorité de nos livres, archives et artéfacts sont maintenant emballés.